• CEPAC
  • EDF
  • Didier
  • Espace Sud
  • France Antilles
  • Gaul
  • CTM
  • SAMAC
  • Conceptuel
  • Ti Boug Energie
  • Martinique 1ere
  • ministère des outre mer
  • boutique aeroport

Fédération des Yoles Rondes de la Martinique

les villes de yole

HISTOIRE DE LA MARTINIQUE

Découvrez l'Histoire de la Martinique, de l'ère précolombienne à nos jours....

En l'an 180 l'île de la Martinique est peuplée par des Indiens : les Saladoïdes pour être plus précis. Ils seront suivis des Arawaks, d'autres indiens en 300. Ces derniers sont anéantis par les Caraïbes en 800 après JC.

 

La période précolombienne…

 

... avant le 15 Juin 1502.

C’est au cours de son second voyage (fin 1493) que Christophe Colomb découvre les Petites Antilles, en premier lieu la Dominique et certaines des îles de l’archipel guadeloupéen. Les Petites Antilles n’étaient point inhabitées : au moins deux vagues de peuplement en provenance du nord-est de l’Amérique du Sud (région de l’Orénoque, côte du Venezuela) s’étaient succédées depuis les débuts de l’ère chrétienne.

Le 15 juin 1502, jour de la Saint-Martin, Christophe Colomb débarque en Martinique au cours de son quatrième voyage vers "les Indes". Il la surnomme Madinina : "l'île aux fleurs".

L'île restera encore longtemps sous le contrôle des indigènes et c'est en 1626, à la suite de la création par Richelieu de la Compagnie des Iles d'Amérique, que Liénard de L'Olive puis Belain d'Esnambuc établissent le premier contact français avec "la perle des Antilles". La conquête de ces nouveaux territoires entraînera l'extermination progressive des indigènes Caraïbes. 

 

De la colonisation à l'abolition de l'esclavage…

 

De 1635 au 22 mai 1848.

 

A partir de la seconde moitié du XVIIème siècle jusqu'à l'abolition de l'esclage en 1848, la Martinique connaîtra des périodes d'agitation, marquées par des affrontements incessants.

Du Parquet, qui gouverne le territoire au nom de la "Compagnie", achète l'île de La Martinique pour son propre compte en 1650. 

En 1674, sous Louis XIV, la Martinique est rattachée à la couronne de France. A partir de cette époque la traite des noirs d'Afrique commence à s'organiser et à se développer. 

En 1685, le "code noir" de Colbert met en application ce qui, selon lui, devrait être les "bonnes règles et usage de l'esclavage"... 

Reprise par les Anglais en 1759, l'île est rendue aux Français en 1763, à la suite d'un échange avec les terres du Canada, ratifié par le traité de Paris. Alors qu'en France la révolution gronde, en Martinique s'opposent les clans royalistes et républicains. 

En 1791, le comte de Béhague parvient à reconquérir l'île et à hisser le drapeau à fleur de lis sur le seul territoire royaliste de la toute nouvelle République de France. Ces événements ont pour effet d¹attiser les rivalités entre les békés blancs et les mulâtres alliés aux noirs affranchis, qui réclament une égalité de droits avec les blancs. 

En 1793, la Convention proclame l'abolition de l'esclavage et Béhague prend la fuite à l'arrivée du gouverneur Rochambeau. Cette abolition ne sera pourtant jamais appliquée puisque les royalistes s'allient aux Anglais qui reprennent à nouveau possession de la Martinique jusqu'en 1802. Le territoire passera de main en main plusieurs fois avant d'être rendu définitivement à la France en 1815 par le traité de Vienne. 

L'esclavage ne sera définitivement aboli que le 4 mars 1848. Pourtant en 1848 et 1859 on fit encore acheminer plus de 10 000 Africains  prétendument "volontaires" à l'immigration.

 

De l'abolition à nos jours…

 

La Martinique par étapes successives change de statut et de colonie en 1848, elle devient Région en 1982.

Le 8 mai 1902 le Mont Pelée (au nord-ouest de l'île) se met en éruption et provoque la mort de 28 000 personnes, Saint-Pierre est détruit et Fort-de-France devient la nouvelle capitale.

En 1946, la France met fin au statut colonial des Antilles et la Martinique devient Département français avant de devenir une Région à part entière en 1982 avec la loi de décentralisation.

 

Les dates marquantes de l'histoire de la Martinique…

 

Avant 1493 : Populations Arawaks et Caraïbes se sont succédées dans les Petites Antilles en provenance du Nord-Est de l’Amérique du Sud (Orénoque - Vénézuéla).

1502 : Christophe Colomb découvre la Martinique.

Septembre 1635 : Pierre Belain d'Esnambuc débarque à la Martinique et construit au lieu de son débarquement le Fort Saint Pierre, à l’origine de la Ville du même nom.

1635 / 1654 : Cohabitation chaotique entre Colons et Caraïbes. Ces derniers sont cantonnés sur la Capesterre (Zone de Grand-Rivière au François).

1636 : Introduction des premiers esclaves en provenance du continent africain dans les Antilles Françaises.

1658 : Quasi-élimination des Caraïbes par les Européens.

1685 : Etablissement du "Code Noir" de Colbert qui, en 60 articles, régit officiellement jusqu'en 1848, la vie des esclaves.

1662 à 1848 : Plein développement de l’économie de plantation et de l’esclavage.

1848 : Abolition de l'esclavage et introduction progressive de la main d’œuvre Indienne.

8 Mai 1902 : Eruption de la Montagne Pelée et destruction de la ville de Saint-Pierre (la « Venise des Caraïbes ») 30000 morts.

19 Mars 1946 : La Martinique devient Département français. Elle est représentée par 4 Députés et 2 Sénateurs.

1982 : Avec la loi de décentralisation, la Martinique devient une Région. De nos jours, la Martinique est à la fois Région et Département.

 

LE CLIMAT

 

Le climat de la Martinique est de type tropical maritime. L'importance des pluies détermine les deux saisons aux transitions plus ou moins marquées selon les années.

Le Carême :


Saison sèche de décembre à mai.Temps relativement sec, frais et agréable avec quelques averses de pluie.L’anticyclone des Açores se déplace vers le sud, les alizés sont francs et réguliers, assez forts et stables en direction Est à Nord-Est. Les nuages sont peu développés.

L’Hivernage :


Saison humide et pluvieuse de juin à novembre.
L’anticyclone des Açores remonte vers le nord, dirigeant sur la Martinique un courant d’alizés irrégulier, plus faible et surtout plus humide. Les nuages à fort développement vertical sont nombreux, les averses fréquentes et fortes. 
Il fait chaud, le temps devient parfois lourd. des ondes tropicales peuvent alors se former. certaines pourront se développer et s’organiser en dépression, tempête tropicale et parfois devenir un cyclone.

Deux zones climatiques :


Du fait de son relief, la Martinique est divisée en deux zones climatiques séparées par une ligne Lamentin - Trinité : 

  • Le Sud, peu accidenté, relativement sec et trés ensoleillé 
  • Le Nord, montagneux et pluvieux à l’exception d’une étroite bande côtière sous le vent, donc plus sèche.

La Pluie :


C’est le facteur déterminant du climat par les quantités d’eau recueillies et les fortes variations qui existent aussi bien entre les deux saisons (Carême et Hivernage) et entre les différentes régions de l’île.

Les Vents Alizés :


L’alizé d’Est à Nord-Est, modéré à assez fort, est l’autre caractéristique du climat de la Martinique. Il souffle en quasi permanence, assurant une bonne ventilation.

La Température :


L’alizé, doux et humide avec son trajet maritime, limite les variations saisonnières et diurnes des températures. La température moyenne varie de 24° en février à 27° en août. 
Elle décroît de 0,7 à 1° par 100m d’altitude.

Températures moyennes de l’eau de mer :

  • 24 à 25° de janvier à mars 
  • 27 à 28° de juin à septembre

Le Soleil :


Les reliefs jouent un rôle déterminant sur l’ensoleillement des régions et celles prochent des massifs montagneux subissent l’influence des amas nuageux accochés au relief.

La MARTINIQUE dans la Caraïbe

Une carte pour mieux localiser la Martinique dans l'arc des Antilles.

Située en plein cœur de l’archipel des Caraïbes, la Martinique fait partie du groupe des Petites Antilles ou "Iles au Vent".

Ses côtes sont baignées à l’Est par l’Océan Atlantique et à l’Ouest par la Mer des Caraïbes.

Elle se trouve à environ 7.000 km de la France, à 3.150 km de New York, à 440 km de la première côte sud américaine. 

Ses voisines les plus proches sont au Nord, la Dominique, distante de 25 km, la Guadeloupe, distante de 120 km et au sud, Sainte-Lucie, distante de 37 km.

 

PLAGES & PAYSAGES

 

Une richesse des paysages, ensuite, entre les plages paisibles du sud-caraïbe, et celles plus tumultueuses de la côte atlantique. Des fonds marins de toute beauté abritant des bancs de poissons colorés. Et le plaisir de se baigner dans une eau transparente à plus de 25°c.

La côte atlantique sud

De la Côte Atlantique, ou "côte au vent", se dégage un charme tout particulier fait de contrastes.
C'est d'abord le Sud, entre Le Vauclin et la Presqu'île de la Caravelle, marqué par les eaux turquoises protégées par la barrière de corail mais aussi les fonds blancs et la célèbre baignoire de Joséphine de la baie du François ou encore les nombreux îlets du magnifique havre du Robert dont le calme et quiétude contrastent avec le charivari incessant de l'Océan Atlantique dont les vagues tumultueuses assaillent les côtes escarpées et volcaniques du Nord, domaine du vent et d'une nature déchaînée.

 

Gros plan sur la côte caraïbe sud

La Côte Caraïbe ou "sous le vent" est caressée par une eau bleue et calme de la Mer des Caraïbes ouvrant sur de superbes plages de sable blanc bordées de cocotiers.
Sa réputation n'est plus à faire et son charme a été maintes fois vanté.
Des Trois-Ilets aux Anses d'Arlet, du Rocher du Diamant à la plage des Salines à Sainte-Anne, le Sud est un enchantement.

 

La côte nord caraïbe

Les plages de la côte Caraïbe du Prêcheur à Schœlcher, au sable cendré, sont une succession de petites baies aux eaux calmes qui abritent autant de pittoresques villages de pêcheurs. 
Tout aussi agréables que celles du Sud, les plages du Nord connaissent un succès grandissant.
Certaines ayant d'ailleurs une célébrité bien antérieure.

Un maelstrom de vert

Le Nord de la Martinique est le domaine de la fabuleuse forêt tropicale et des massifs montagneux dominés par l'imposante silhouette de la Montagne Pelée connue dans le monde entier pour son éruption dévastatrice du 8 mai 1902.
Une nature généreuse, luxuriante et sans cesse différente, c'est ce que vous proposent de découvrir les nombreux sentiers de randonnée qui sillonnent cette partie de l'île.
Les plages de la côte Caraïbe du Prêcheur à Schœlcher, au sable cendré, sont une succession de petites baies aux eaux calmes qui abritent autant de pittoresques villages de pêcheurs.

 

FAUNE & FLORE

 

La Martinique, de par ses conditions climatiques tropicales, est couverte d’un manteau végétal exubérant : somptueuses forêts tropicales, fourrés, savanes innombrables espèces d’arbres, de fruits, de plantes et de fleurs, sans oublier les palétuviers de la mangrove, font de l’île un extraordinaire jardin.La faune, essentiellement composée d’oiseaux, de poissons et de crustacés, s’enrichit également de petits lézards, appelés « mabouyas » ou « anolis », d’iguanes et de serpents trigonocéphales spécifiques à la Martinique. Le « manicou », sorte de sarrigue, est l’un des rares mammifères à s’être installé aux Antilles. La mangouste a, en revanche, été introduite par l’homme pour combattre les serpents.

La mangrove

La mangrove est une forêt littorale, interface entre la mer et le domaine terrestre. Les espèces qui s'y développent doivent tolérer un milieu salé et pauve en dioxygène.
La mangrove abrite de nombreuses espèces. Elle joue un rôle de filtration en retenant les sédiments qui seraient préjudiciables au développement des herbiers et surtout des formations coralliennes situées plus au large.

 

La forêt tropicale

La forêt martiniquaise s’étend sur 40 300 hectares. Son rôle est d’ailleurs primordial, elle tient lieu de protection physique contre l’érosion des sols et de régulation du régime des eaux et biologique.

 

Parmi toutes les espèces endémiques présentes à la Martinique, l’iguane des Petites Antilles suscite curiosité et fascination, parfois teintées d’une légère appréhension. La visite de l’îlet Chancel, au large de la commune du Robert est l’occasion rêvée pour observer ce drôle de reptile, aux allures préhistoriques dont la taille peut atteindre jusqu’à 1m50.

LES COMMUNES DE MARTINIQUE

 

Montagnes abruptes, collines verdoyantes, plages aux eaux cristallines de sable blanc ou noir autant de paysages visibles sur l'île aux fleurs et qui témoignent de la rare diversité de La Martinique. "C'est la meilleure, la plus douce, la plus charmante contrée qu'il y ait au monde..." écrivait déjà Christophe Colomb en 1502 lorsqu'il débarqua sur l'île pour la première fois. Sa définition reste inchangée...

Ajoupa-Bouillon

Cette petite commue fleurie abrite un site tout à fait merveilleux, "Les Gorges de la Rivière Falaise".
Ajoupa-Bouillon a obtenu le Label National "Villes et Communes Fleuries", 1 fleur.

Anses d’Arlet

C'est une commune de pêcheurs dont la plage magnifique en fait un lieu recherché pour les vacances. Le site enchanteur de Grande-Anse sert de refuge à de nombreux voiliers.
La commune des Anses d'Arlet a obtenu le Label National "Villes et Communes Fleuries", 1 fleur.

 

Basse-Pointe

Ville natale d'Aimé Césaire, Basse Pointe, située au Nord de la Martinique entre Le Lorrain, Ajoupa Bouillon et Macouba, est dominée par la Montagne Pelée et s’étend en pente légère vers l'Océan Atlantique aux vagues rugissantes. On peut admirer tout au long de la route qui y mène, de très grands champs de bananiers et d'ananas.

Bellefontaine

Petit bourg accroché à la falaise. On assiste sur la plage de Bellefontaine à des scènes de pêche typique (la pèche à la senne).

 

Le Carbet

Le Carbet, est le lieu où débarqua Christophe Colomb le 15 Juin 1502.C’est une jolie petite commune de pêcheurs avec ses cases traditionnelles dont la longue plage de sable cendré "des raisiniers" a fortement influencé Paul Gauguin lors de son séjour en Martinique en 1887.

 

Case-Pilote

Son église du XVII ème siècle de style jésuite et baroque est la plus vieille de l'île.

 

Diamant

La commune est située en face du Rocher du même nom qui s'érige à 4km de la côte. Des points de vue permettent d'admirer ce magnifique piton, refuge de nombreux d'oiseaux.

Ducos

Située à l'intérieur des terres, Ducos a une vocation agricole avec des quartiers verdoyants et des habitations jadis prospères.
Aujourd'hui les zones industrielles et artisanales se sont multipliées et Ducos forme avec Le Lamentin et Fort de France, une grande conurbation à fort développement économique.

Fonds-Saint-Denis

Accrochée sur les flancs des Pitons du Carbet, cette ravissante petite commune s'étire le long d'une route en lacets. Fonds Saint-Denis est dominée par le Morne des Cadets, au sommet duquel a été construit un observatoire en vue d'une constante surveillance de la Montagne Pelée.
Fonds Saint-Denis a obtenu le Label National "Villes et Communes Fleuries", 1 fleur.

 

Fort de France

Ville d'affaires à l'activité incessante, la capitale administrative compte également de nombreux atouts touristiques parmi lesquels la Bibliothèque Schoelcher, le Musée d'Archèologie Précolobienne, le Marché ou le Fort Saint-Louis, pour la plupart regroupés autour d'un havre de verdure: la Savane.
La vie de la Capitale foyalaise est également rythmée par de grandes manifestations comme le Festival Culturel en juillet, les Voies de la Tradition ou les "vidés " du Carnaval.

 

François

C'est une commune essentiellement agricole, mais dont la renommée à largement dépassée les frontières de la Martinique grâce aux fonds blancs -baignoire de Joséphine- et à la rencontre entre les Présidents Bush et Mitterrand au Domaine de l'Acajou, Habitation des Rhums Clément.

 

Grand-Rivière

Située à l'extrême nord de l'île, Grand-Rivière vous enchantera. Doté d'atouts exceptionnels, cette petite commune présente une extrême diversité de paysages.

Gros-Morne

C'est une commune essentiellement agricole. De son bourg dominant la région, on peut apprécier la vue des champs d'ananas qui semblent descendre jusqu'à la mer.

 

Lamentin

L'aéroport, l'hippodrome, les zones industrielles sont trois pôles d'activités d'intérêt départemental qui se trouvent sur le territoire de cette commune. Dans la plaine du Lamentin, les champs de canne s'étendent à perte de vue.

Lorrain

C'est un important site précolombien, doté de plusieurs points de vue exceptionnels.

 

Macouba

Ce bourg est bâti au sommet d'une falaise. On y trouve la distillerie qui produit le rhum "JM Crassous de Médeuil".

 

Marigot

C'est une commune fleurie, dont le bourg est bâti en amphithéâtre face à la mer.
En 2002, lors de la 4ème édition du Concours Régional des Communes Fleuries, le Marigot a obtenu le 3ème Prix.

 

Marin

A l'occasion du Salon nautique, découvrez la magnifique ville du Marin, qui a obtenu le Label Station Voile.

 

Morne-Rouge

La commune du Morne-Rouge est située sur un plateau, entourée au Nord par la Montagne Pelée, au sud par les Pitons du Carbet et à l'est par le Morne Jacob.
C'est également la commune la plus élevée de Martinique, ce qui lui confère un climat frais propice à la culture de l'ananas et des fleurs tropicales.

 

Morne-Vert

Très apprécié pour son climat, cette commune offre en outre, des points de vue somptueux sur les Pitons du Carbet et la Montagne Pelée.

 

Prêcheur

Derniere commune de la Côte Nord Caraïbe. Sur son territoire : le “ Tombeau des Caraïbes ” où, si l’on en croit la légende, s’est produit le suicide collectif des indiens Caraïbes.

Rivière-Pilote

Grenier du Sud, Rivière-Pilote présente une végétation très généreuse qui s'apparente un peu à celle du Nord. A quelques kilomètres du bourg, un très grand "pitt" propose régulièrement des combats de mangoustes et de serpents.

Riviere-Salée

La plaine de Rivière-Salée est une grande zone de culture de la canne à sucre. Bien qu'il n'existe plus de distillerie sur le territoire de cette commune, on peut encore voir sur l'une ou l'autre des "habitations" des structures datant du XIXème siècle.

 

Robert

Blotti au fond de sa baie somptueuse aux multiples îlets, lieu d'expériences dynamiques de pisciculture, le Robert s'est aussi un arrière pays vert et montagneux notamment avec le bourg du Vert-Pré.

Saint-Esprit

Ce bourg à vocation agricole est réputé pour sa production de fruits, de légumes et de canne à sucre. Ne manquer pas de visiter le Musée des Arts et Traditions Populaires qui témoigne de la richesse du patrimoine culturel de la Martinique.
En 2003, lors de la 5ème édition du Concours Régional des Communes Fleuries, le Saint-Esprit a obtenu le 1er Prix. Cette commune avait déjà obtenu le 1er prix en 2002.

 

Saint-Joseph

Petite commune située à l'intérieur des terres. Le sol y est fertile et le climat propice à l'agriculture. La forêt aménagée de "Coeur Bouliki" est à visiter.

 

Saint-Pierre, ville d'Art et d'Histoire

Impossible de ne pas visiter la ville la plus célèbre de la Martinique, qui le 8 mai 1902, fut en grande partie détruite par l'éruption de la Montagne Pelée.
Saint-Pierre est classée "Ville d'Art et d'Histoire".
Le Musée Volcanologique fut le premier musée crée en Martinique en 1933 par l'Américain Frank Perret. Il rassemble divers témoignages et objets autour de l'éruption du 8 mai 1902. 

Sainte-Anne

C'est une jolie petite commune de l'extrême Sud de l'île. Elle abrite sur son territoire de nombreux caps, anses et pointes qui offrent de magnifiques plages de sable blanc, dont la plage des Salines est la plus connue et certainement l'une des plus belles des Antilles.
La Ville de Sainte-Anne a reçu "le Ruban du Développement Durable" qui récompense le travail fait, entre autres, pour protéger la Plage des Salines, opération qui s'inscrit dans le Plan de Développement Durable et Solidaire initié par la Mairie depuis 1989.

 

Sainte-Luce

C'est une jolie commune de pêcheurs bordé de nombreuses petites plages de sable blanc. La visite de la forêt de Montravail, aménagée pour l'agrément des visiteurs permet d'admirer des roches gravées par les Indiens Caraïbes.

 

Sainte-Marie

La commune de Sainte-Marie possède un riche patrimoine historique et culturel que vous pourrez découvrir en visitant le Musée du Rhum réalisé par la distillerie Saint-James, le Centre Culturel de Fonds Saint-Jacques ou encore au Morne-des Esses, un atelier d'artisanat d'art qui a conservé les techniques de travail de la vannerie caraïbe.
Sainte-Marie a obtenu le Label Natinal "Villes et Communes Fleuries", 1 fleur.
Tous les ans pour célébrer la fin de la coupe de la canne à sucre, la Distillerie Saint-James organise " la Fête de Fin de Récolte".

 

Schoelcher

C'est la ville voisine de Fort-de-France où se trouve notamment le Palais des Congrès de Madiana.
En 2003, lors de la 5ème édition du Concours Régional des Communes Fleuries, Schoelcher a obtenu le 2ème Prix. Elle avait déjà obtenu le 2ème prix en 2002.
C'est aussi une commune classée "Station Voile Nautisme et Tourisme".

 

Trinité

C'est une des trois sous-préfecture de l'île. A visiter, la presque-île de la Caravelle, l'un des plus beaux site de l'île surtout connu dans sa partie extrême et la baie du Trésor que dominent les ruines Château Dubuc. Le nom de cette commune vient tout simplement de la réunion des trois quartiers qui la composaient jadis

 

Trois-Ilets

Gros plan sur les Trois îlets, connue pour son célèbre Musée de la Pagerie, où naquit l'Impératrice Joséphine. Une ville dynamique qui allie activités culturelles et sportives.

 

Vauclin

Cette commune est orientée vers la pèche. On y trouve régulièrement du poisson et des fruits de mer. L'arrivée des yoles et gommiers de pèche est un spectacle à ne pas manquer. 
A quelques kilomètres du bourg, l'Anse Macabou abrite une plage aménagée. La randonnée de la Montagne du Vauclin offre un panorama de toute beauté.